Archives de catégorie : Témoignages

PMA pour toutes les femmes : réaction de David & Jonathan à la déclaration de la Conférence des Evêques de France

Paris, le 23/09/2018

 

La Conférence des Evêques de France a publié le 20 septembre 2018 un texte « Respectons la dignité de la procréation ! », dont notre association regrette à la fois la forme et le fond. David & Jonathan, association LGBT chrétienne ouvert à toutes et tous, s’est en effet engagée dans le débat sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes (lien).

Dans un contexte de défiance grandissante à l’égard de l’Eglise catholique qui peine à gérer la crise des abus sexuels sur mineur au point de menacer son équilibre et sa crédibilité, la CEF n’a-t-elle pas d’autre priorité que de publier un manifeste de 120 pages sur un sujet qui concerne d’abord l’Etat et l’évolution des lois républicaines ?

Les catholiques, et d’abord le premier d’entre eux, le pape François, appellent de leurs vœux une « saine et effective transformation » de l’Eglise. Au lieu de cela, la CEF publie un long texte basé sur des concepts abstraits et dogmatiques sur la PMA, qui, à aucun moment, ne tient compte du vécu des personnes concernées et de la réalité des familles homoparentales et des enfants qui y vivent.

Comment une assemblée constituée exclusivement d’hommes d’Eglise pourrait-elle juger d’une réforme politique et juridique, qui concerne d’abord et avant tout les femmes ? Dans cette déclaration, la CEF se contente de « regarder du balcon », comme le dénonce pourtant le pape François lui-même, au lieu d’engager une vraie démarche d’écoute à partir du vécu des personnes.

Le texte de la CEF, qui confond sans cesse les notions de père et de géniteur, fait de la présence d’un homme la condition sine qua non d’une famille équilibrée. Ce discours est une violence faite à toutes les familles qui, de manière choisie ou non, n’entrent pas dans ce schéma.

Pour se construire et pour grandir, les enfants ont besoin de trouver autour d’eux des référents masculins et des référents féminins. Dans les familles homoparentales comme dans l’immense majorité des familles, ces référent.e.s ne sont pas uniquement et exclusivement les parents de l’enfant. La majorité des études montre qu’il n’existe aucune différence notable entre des enfants élevés dans des familles hétéro et homo-parentales. Comme d’autres, nous constatons que ce qui construit l’enfant est de l’élever avec amour et vérité.

Le texte, enfin, agite la menace d’un « eugénisme » qui ne correspond à aucune réalité médicale et légale, ni en France dans la gestion actuelle de la Procréation Médicalement Assistée, ni dans les pays où la PMA est ouverte à toutes les femmes et où elle est définie et encadrée par la loi.

Alors que de nombreux.ses croyant.e.s, des prêtres, et même certains évêques, sont beaucoup plus ouvert.e.s et à l’écoute des débats sociétaux, nous invitons la hiérarchie catholique à sortir d’une vision autocentrée faite de dogmes qui stigmatisent les personnes, et au contraire à s’ouvrir, à reconnaître, et à valoriser la diversité qui fait la richesse de la communauté chrétienne.

 

Le bureau national de David & Jonathan

 

L’Église catholique contre l’extension de la PMA : « Une vision rétrograde »

Alors que mardi 25 septembre, le Comité consultatif national d’éthique donnera son avis sur les conclusions des états généraux de la bioéthique, la Conférence des évêques de France a publié, jeudi 20 septembre, un texte contre une extension de la PMA à toutes les femmes, célibataires et en couple. Marianne Berthet-Goichot, catholique pratiquante, a eu recours à la PMA avec sa compagne. La porte-parole de l’association LGBT chrétienne David & Jonathan dénonce, vendredi sur franceinfo, la position de la Conférence des évêques de France sur la famille.

franceinfo : Que vous inspire la position de la Conférence des évêques de France ?

Marianne Berthet-Goichot : Nous contestons la vision restrictive de la famille que veut défendre la Conférence des évêques de France. C’est une vision rétrograde, du tout naturel, qui nous ramène plus de 40 ans en arrière. Nous nous interrogeons sur les raisons de cette attaque en règle aujourd’hui, de toutes les techniques d’aide à la procréation qui pourtant existent en France depuis plus de 30 ans.

Pour la CEF, il ne peut y avoir d’égalité entre un couple hétérosexuel et homosexuel. Qu’en pensez-vous ?

C’est totalement faux. En disant ça, les évêques considèrent que la PMA aujourd’hui est uniquement destinée à régler un problème médical. Or, lorsque un homme qui est en couple avec une femme ne peut avoir d’enfant à cause d’un problème de stérilité et qu’ils font appellent à une PMA, la PMA ne va pas résoudre le problème de stérilité de cet homme. La PMA répond à un désir sociétal de construire une famille malgré cette infertilité.

La CEF évoque aussi l’importance de la référence paternelle. Existe-t-elle dans une couple de femmes ?

La Conférence des évêques de France fait une confusion entre le géniteur et le père. Nous, on conteste cette vision. Pour nous, il ne suffit pas de donner un gamète ou donner vie à un enfant pour devenir un père. La référence masculine d’un enfant est beaucoup plus large que la simple figure du père. Dans le cas du couple de femmes, l’enfant a des référents masculins, a des personnes auxquelles il peut s’identifier et grâce auxquelles il peut se construire. La CEF se base sur une vision très restrictive de la famille, dans une cellule familiale restreinte qui est complètement éloignée de la réalité aujourd’hui.

Peut-on débattre sereinement de ce sujet aujourd’hui dans l’Église catholique ?

On regrette que la parole de l’Église soit complètement verrouillée. On a une déclaration qui apparemment serait signée par tous les évêques. Or, l’Église est incapable d’organiser un vrai débat en son sein sur ce sujet. On sait très bien que tous les évêques n’ont pas la même perception, la même compréhension des enjeux et la même sensibilité aux témoignages que nous pouvons apporter de la réalité de nos familles. L’Église se dit dans une position d’écoute, mais elle est incapable d’organiser un réel débat. Ils font référence au tout naturel et ils critiquent le fait d’avoir un projet parental.

Marianne Berthet-Goichot, porte-parole de l’association LGBT chrétienne David & Jonathan, a estimé, vendredi sur franceinfo, que l’Église catholique était « incapable d’organiser un vrai débat en son sein » sur la Procréation médicalement assistée.

Lettre ouverte – Déclaration du Pape François : quelles leçons en tirer ?

Paris le 1er septembre 2018

Le dimanche 26 août, dans l’avion qui le ramenait d’Irlande le pape a répondu à un journaliste qui lui demandait ce qu’il dirait à des parents dont l’enfant s’avère homosexuel « Je leur dirais premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place au fils ou à la fille. […] Quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans. […] Je ne dirai jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité ».

Le “verbatim” diffusé le soir-même par le Vatican omet le mot « psychiatrie », et c’est heureux, mais la maladresse du pape questionne nombre de personnes LGBT et de chrétien.ne.s sur les leçons à en tirer. En effet, cette maladresse renvoie à des courants de pensée réactionnaires de l’Eglise catholique

.Si la prière, l’écoute, le dialogue et la place accordée dans la famille nous semblent des conseils judicieux, le recours à la psychiatrie pour les enfants est totalement inapproprié et inacceptable. Il suppose que l’orientation homosexuelle relève de la maladie et qu’elle peut être « guérie » par un suivi psychologique voire des soins psychiatriques. Or cela est faux et nous connaissons nombre de personnes dont les vies ont été saccagées par ces tentatives vaines de pseudo-guérison via des procédures psychiatriques, des exorcismes ou des recours à d’autres pseudo-thérapies, notamment pour les plus jeunes, toutes aussi violentes que vaines. L’homosexualité a d’ailleurs été retirée depuis 1990 de la liste de l’OMS des maladies psychiatriques. Une fois de plus, ce type de propos ne permet pas de considérer que l’Eglise catholique est un interlocuteur crédible des pouvoirs publics sur les questions de sexualité.D’un côté nous saluons les efforts que le pape déploie pour que les personnes LGBT soient moins rejetées dans l’Eglise catholique, notamment avec sa déclaration « qui suis-je pour juger ? » lancée en 2013 à son retour des Journées mondiales de la Jeunesse au Brésil, ou avec l’exhortation apostolique Amoris Laetitia [en faveur de l’amour dans les familles], qui appelle à un accueil respectueux des personnes homosexuelles

.

De plus des groupes d’accueil inclusif des personnes LGBT et de leurs proches se sont créés dans de nombreux diocèses et paroisses en France.

D’un autre côté, nous demandons au Pape qu’il mette en pratique au sein de son Eglise vis-à-vis des personnes LGBT les mêmes conseils qu’il donne aux parents d’enfants homosexuels: ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place.

Nous demandons à l’Eglise catholique de sortir de l’ambiguïté. Nous l’appelons à donner des signes clairs et concrets, tels que la suppression dans son catéchisme de 1992 de la mention « les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés » et la condamnation sans équivoque des pseudo-thérapies de « conversion » de l’homosexualité. Ce serait un acte fort d’ouverture et de respect, partout sur la planète.

Le bureau du Carrefour des chrétiens inclusifs
Le bureau national de David & Jonathan

Week-end de l’Ouest à Port-Blanc les 25-26 août 2018

Les groupes de DJ de l’Ouest (Finistère, Rennes, Nantes et Vendée) étaient conviés pour un WE de rentrée à Port-Blanc (Côtes-d’Armor).

Les DJistes présent(e)s ont composés façon “cadavre exquis”, Le Psaume suivant…: Heureux l’homme et la femme
Qui bénira Dieu en tout temps
Le temps s’efface mais Dieu dans ton amour demeure
Nous restons tous unis autour de Dieu
Pour être en Dieu et Dieu en nous ; tout est un
Ce qui a été séparé a été réuni
Ceux qui se sont querellés ont jeté leurs armes
Ainsi tout est consommé
De l’obscurité que surgisse la lumière. Enfin !
De là, la Parole de Yavhé dans vos cœurs par amour
Généreuse est cette journée
Tant la nuit d’avant fut féconde
Que neuf mois plus tard elle enfanta un fils
Cette enfant qui est il aujourd’hui
Il est toi, il est moi, il est nous
Il est ce que nous voudrons construire en ce monde
Partagé, aimer, donner, par toi, pour toi, pour nous
Mon âme se repose en paix, en Ta Parole
Sois loué pour chacun, chacune

Attachments

SANS S’EN RENDRE COMPTE….Réalisé par PJ Raval (sur la télé d’orange)

documentaire | 2013 | États-Unis | durée : 1h47

| VO
Réalisé par PJ Raval

Le témoignage drôle et touchant de Robert, Ty et Dennis sur ce que signifie vieillir quand on est homosexuel aux USA

Robert, Ty et Dennis sont des personnages uniques et joyeux de la communauté gay, lesbienne et bisexuelle américaine âgés de plus de 55 ans. Les membres de ces communautés sont bien souvent victimes de discrimination, de négligence et d’exclusion. Mais ici on y trouve aussi la camaraderie dans les maisons de retraites, les enclaves vivantes des activistes ou encore les bars gays fou-fousà paillettes et bijoux aux mille couleurs des drag queens.

Chrétiens Homosexuels

De nombreuses personnes homosexuelles chrétiennes se voient critiquées, rejetées, au nom de la foi chrétienne ou ne peuvent s’en tenir à la doctrine catholique. Cet essai vise à les aider à trouver leur voie, à former leur conscience morale, en leur donnant quelques éléments pour une décision personnelle qui leur appartient en tout état de cause.
Après un parcours biblique renouvelé et une analyse de cette doctrine, il pose les conditions d’une vie de couple qui soit chemin de maturité humaine et évangélique, en montre la dignité et la richesse symbolique. L’essai propose ainsi à ces personnes la vie de couple comme un choix possible, moralement légitime et exigeant, ouvert à la joie et à l’espérance chrétienne du salut.
II s’agit au final de vivre bien dans une confiance totale en Dieu.